APEDV > ACCUEIL

Accueil

 

Selon l’enquête Handicap - Invalidité - Dépendance, la France compte 1 700 000 déficients visuels : 61 000 aveugles, 146 000 malvoyants profonds (vision inférieure à 1/20ème, pour chaque œil et avant correction), 933 000 malvoyants moyens, aussi appelés amblyopes (vision entre 4/10ème et 1/20ème, pour chaque œil et avant correction) et 560 000 malvoyants légers (vision supérieure à 4/10ème, selon les mêmes critères). Notre association s’adresse prioritairement aux malvoyants profonds et moyens.

Créée en 1964, reconnue comme partenaire par les pouvoirs publics, notre association comprend des parents et des déficients visuels adultes. En tant que parents et citoyens responsables, nous accordons une attention toute particulière aux questions touchant à l’enfance et à l’adolescence des jeunes malvoyants : accueil et soutien des parents, défense de leurs intérêts moraux et matériels, scolarisation, insertion sociale et professionnelle, accessibilité (voirie, bâtiments, transports, nouvelles technologies, citoyenneté, culture, loisirs, sport). Nous continuons bien entendu avec eux lorsque les enfants sont devenus adultes ou si leur vision évolue.

Si votre enfant voit mal, ne restez pas seul, contactez-nous ! Nous vous aiderons, en vous faisant profiter de notre expérience de terrain, et nous vous mettrons en relation avec d’autres parents. Avant d’être un enfant malvoyant, c’est un enfant, avec les mêmes chances de réussite et d’épanouissement personnel que ses camarades bien voyants.

Depuis juillet 2009, l'APEDV est membre du Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CNPSAA), qui regroupe les plus grandes associations représentant les personnes malvoyantes et aveugles, afin de défendre d'une seule voix leurs intérêts moraux et matériels. Cette adhésion nous permettra de suivre attentivement l'application de la loi du 11 février 2005 et du plan gouvernemental 2008/2011 pour l'intégration des personnes déficientes visuelles dans la vie de la cité.

 

"Ni aveugle, ni bien voyant, je vis, je vais à l'école, je travaille, je ris, je joue avec les autres, je fais du sport, mais je vois différemment. J'ai besoin de techniques, j'ai des moyens différents. Ni aveugle, ni bien voyant, je suis un malvoyant."

 

Me vois-tu ? Je te vois mal !

Cliquez sur l'image afin de l'agrandir

Cliquer ici pour vous inscrire et recevoir la newsletter